Imprimer

Défendre l’avenir et la pérennité de notre usine 

Section PCF De Gueugnon FACE A CETTE DECISON INQUIETANTE

DES PROMESSES QUI QUESTIONNENT

La direction avance que des investissements seraient prévus sur le site dans les 3 années qui viennent dans le but de devenir le “leader européen dans la production d'inox de recuit brillant". Une enveloppe d'investissement de 27 à 33 millions d'euros devrait être débloquée pour moderniser les outils et augmenter leurs capabilités afin de pouvoir réaliser de nouveaux produits sur le site. MAIS ceci n’est malheureusement que la façade d’un projet bien moins réjouissant que ce qu’il en a l’air. Ce transfert de production va réduire de plus d'une centaine d'emplois le site de Gueugnon mettant ainsi en péril sa pérennité.

LES SYNDICATS DU SITE ET LES SALARIES SE MOBILISENT

Les syndicats du site et les salariés ont décidé de s'opposer à ce projet. La direction tente de le faire accepter en ne respectant pas les différentes instances des élus, allant même jusqu'à assigner au tribunal judiciaire de Bobigny le secrétaire du CSEC (Comité Sociale Économique Central) et son adjoint parce que les élus exigeaient d’avoir toutes les informations légales sur ce projet.

LA SECTION LOCALE DU PARTI COMMUNISTE, tout comme les élus de l’entreprise, se demande pourquoi la direction a décidé de déclencher une bataille juridique dans le seul but de ne pas répondre aux questions légitimes et légales des salariés, via leurs instances ?

Si le projet était une bonne nouvelle pour le site, la direction aurait toutes les raisons de donner l’ensemble des éléments, de les faire partager, qu’a-t-elle à cacher derrière le refus de donner toutes les informations légales ? Depuis, des réunions s'enchaînent sur le projet, sans que les élus du personnel n'aient de réponse à leurs interrogations. Comme dans de nombreuse entreprises du pays, Un combat est nécessaire pour défendre les intérêts des salariés, de la population contre le capitalisme qui siphonne les caisses publiques, délocalise, licencie au profit des actionnaires !

La triste situation de faiblesse et de dépendance d’approvisionnement dans la lutte contre la Covid démontre amplement l’utilité d’une politique industrielle ambitieuse sans sacrifier l’environnement !
La société APERAM, filiale du groupe ArcelorMittal, fait plusieurs centaines de millions d’euros de bénéfices chaque année, même en temps de pandémie, reçoit des aides d’état conséquentes, notamment avec le financement du chômage partiel.
Le Parti Communiste estime qu’avec tant de profits, APERAM pourrait se passer dans ce contexte de l’argent des caisses publiques ! La direction n'a que faire des conséquences d'un tel projet sur notre bassin d'emploi. Rappelons que pour un emploi industriel détruit, il y a en moyenne 3 emplois indirects qui le seront également. C’est toute la ville, les commerces locaux, la région qui seront impactés si ce projet se réalisait.

Le syndicat CGT d’APERAM a construit un projet alternatif de développement, qui comprend un certain nombre de revendications, d'investissements nécessaires, d'engagements sur les nouvelles productions et également sur l'emploi, qui permettrait de rendre le site viable sur le long terme. Nous invitons donc nos adhérents, nos sympathisants ainsi que la population de Gueugnon à manifester son désaccord avec ce projet en répondant présent aux futurs appels des organisations syndicales d’APERAM et à se rassembler pour défendre activement les emplois d’aujourd’hui et de demain !

RENDEZ VOUS LE 22 AVRIL A 10H PLACE DES FORGES

Sachez que nous sommes attachés plus que tout à l'avenir de notre site, de notre ville, de nos commerces, de nos écoles et que l’industrie d'avenir qu’est l’inoxydable a toute sa place pour rendre notre région attractive et porteuse d'emploi.

Destruction de l’éducation nationale : Le collège Jorge Semprun pas épargné !!

Le 25 février 2021, lors du CA (conseil d'administration) du collège Jorge Semprun de Gueugnon, les parents d'élèves ont été informés d’une baisse de dotation d’heure de cours pour la rentrée 2021/2022. Cela va entraîner la perte d’un poste complet en français, de plus plusieurs professeurs qui vont devoir travailler sur plusieurs établissements. Cela résulte de plusieurs années de casse de l’éducation nationale par les différents gouvernements qui se sont succédé. Avec ces nouvelles mesures, des classes vont se retrouver à plus de 33 élèves assis pour des classes initialement construites pour une jauge à 28 élèves maxi.
Comment peut-on accepter cela ? La section de Gueugnon du Parti Communiste ne peut rester indifférente et est inquiète pour l'avenir de la jeunesse locale et plus globalement sur l’éducation de nos enfants. 

Catégorie : Éco & Social
Affichages : 239